De l'universalité du conte

Sous l'apparence d'histoires anodines, parfois merveilleuses, parfois effrayantes, le conte fait appel à nos émotions pour passer ses messages. Il est un outil de construction sociale des individus. Par son imprégnation symbolique de l'inconscient, il n'est pas qu'un simple récit. Il nous pousse à nous interroger sur nous-même, sur notre place dans ce grand collectif humain, au-delà de nos différences culturelles.

 

Présent dans tous les continents, dans tous les peuples, il est également un grand voyageur, à l'image de cette Cendrillon, appelée Fuseau des cendres, Suceuse de cendres ou Chatte des cendres en Grèce, Tam au Vietnam, ou juste nommée « la jeune fille » chez les Indiens d'Amérique du Nord.

S'il voyage aussi facilement, c'est simplement parce qu'il parle à chacun et à tous.

 

Patrimoine culturel commun de l'humanité, le conte ne vit que par la parole. Celle que se transmettent les conteuses et les conteurs depuis la nuit des temps. Quand il nous parle de différences, c'est pour mieux nous enseigner ce qui nous fait nous rassembler et nous unir pour forger ces communautés d'hommes et de femmes, que l'on appelle sociétés.

 

Le conte transcende les peuples, les ethnies, nos différences et nos préjugés pour nous conduire dans ce monde commun à toutes et à tous : celui de l'inconscient individuel, collectif. Celui des rêves, des peurs, des créatures effrayantes ou féériques. Il nous emporte au gré de nos émotions vers des rivages fabuleux où courage, lâcheté, héroïsme, bêtise, intelligence, toute notre humanité est disséquée en douceur par l'imaginaire. Il nous prépare à devenir des être humains dans leur plénitude, des individus libres de leurs choix, mais aussi des hommes et des femmes conscients de ces mêmes choix, sans jamais nous juger.

 

Et s'il nous parle de l'enfance, c'est pour mieux nous apprendre à devenir adulte...

 

Jef Lorène

IMG_0515.JPG

Qui suis-je ?

Conteur formé au Conservatoire contemporain de Littérature Orale (CLiO) de Vendôme (41), fondé par Bruno de La Salle, je suis un ancien journaliste professionnel de radio.

 

Mes formateurs dans l'art du conte : Marie Tomas, Anna Angelopoulos, Suzy Platiel, Isabelle Genlis.

Merci à elles ! Et à tous les échanges fructueux avec Bruno qui a tant à transmettre.

Mes études en sciences politiques m'ont amené vers l'anthropologie et la passion des vieux récits issus des traditions orales.

Mon répertoire est issu des contes et légendes traditionnels et des mythes de tous les continents. Je suis également l'auteur de Taël la passeuse d'histoire